Préparation Laïque à la Vie Commune

Près d’un mariage sur deux, vole en éclat après seulement quelques années dans les grandes métropoles occidentales. Grâce à la médiation conjugale, notamment, une petite proportion de couples parvient cependant à renégocier les termes du contrat tacite qui lie les deux partenaires et à éviter la rupture, lorsqu’arrivent les turbulences ou la simple usure du couple.

Nous recevons ainsi des couples qui, passée l’époque bénie de l’amour fusionnel (qui ne dure pas toujours la vie entière), découvrent tardivement qu’ils ne partagent plus (ou pas toujours) les mêmes valeurs, les mêmes croyances ni les mêmes buts. Leurs goûts, leur projet de vie et leurs attentes émotionnelles sont souvent bien différents, ainsi que leur philosophie de vie.

Bien des échecs auraient cependant pu être évités si les futurs conjoints avaient participé à une préparation laïque (ou religieuse) à la vie commune et au projet de fonder une famille, avant de s’engager.

SpringMédiation invite ainsi les futurs couples à entreprendre une démarche de Préparation Laïque à la Vie Commune et à l’Engagement Parental, leur permettant de confronter, leurs valeurs essentielles, leurs croyances, leurs besoins émotionnels, leur vision de leur projet d’engagement de vie à deux et de coparentalité.

Ces séances permettent ainsi de valider le bon alignement de la volonté éclairée des parties et surtout les invitent à réfléchir à une charte de bonne communication et de bonne conduite, librement négociée entre elles.

Les termes de cette charte sont libres et proposés par les futurs conjoints eux-mêmes, mais leur réflexion peut être éclairée par des questions comme :

  • Quels sont vos goûts, vos attentes essentielles, vos besoins émotionnels, vos valeurs, vos croyances, votre vision de votre projet de vie commune (à 5 ans, à 25 ans, à 50 ans) etc. ?
  • Quelles sont ceux que vous imaginez partager avec votre futur conjoint et/ou aimeriez trouver chez lui (ou elle) ?
  • Vous vivez sans doute un amour sans ombre, mais avez-vous connaissance du processus biologique qui se met en route quand on est amoureux (grâce à l’ocytocine, l’hormone de l’attachement) ?
  • Certains pensent que l’amour fusionnel dure quelques mois ou quelques années seulement, et êtes-vous conscients que près d’un mariage sur deux ne survit pas à l’usure de la vie commune et aux difficultés de l’existence ?
  • A-t-on le droit d’interdire certaines choses à son partenaire ?
  • A-t-on le droit de cacher certaines choses à l’autre (jardin secret) ?
  • Aurez-vous le désir et/ou le droit, lorsque vous serez unis, de continuer à voir des personnes de sexe opposé ou non, dans un cadre intime ?
  • A-t-on le droit d’exiger de l’autre une transparence totale ? Sera-t-il par exemple normal et acceptable que chacun garde un code secret sur son smartphone ?
  • Vous sentirez-vous propriétaire de l’autre ou lui reconnaîtrez-vous une certaine autonomie ?
  • Qu’entendez-vous par fidélité en amour : Une amitié et un soutien indéfectibles quelles que soient les épreuves rencontrées (notamment l’adultère) ou bien une stricte exclusivité sexuelle ?
  • Considérez-vous que l’exclusivité sexuelle est une condition non négociable de l’entrée dans une vie commune… ou au contraire la récompense ou la grâce exceptionnelle qui bénit quelques rares couples fusionnels ?
  • Que signifient pour vous les concepts de trahison, d’abandon, de pardon ? voir l’article La trahison / La pardon
  • En cas de difficultés liées à la vie commune et/ou aux frictions, peut-on espérer changer l’autre ?


Le médiateur amènera les participants à réfléchir sur les valeurs qu’ils estiment fondamentales pour la réussite de leur couple.

À toutes ces questions, les bonnes réponses sont multiples, pour autant que les deux candidats à la vie commune les partagent de manière sincère et véritable et le médiateur se gardera de juger les attentes de chacun et de proposer de prétendues recettes pour réussir en amour, car chacun a le droit de mettre en oeuvre ses propres recettes, en fonction de ses propres croyances. Le rôle du médiateur n’est ainsi que de s’assurer que chacun a bien entendu ce qu’attend l’autre et qu’il est d’accord pour fonder son couple sur ces bases.

S’accorder sur un projet de vie clair et explicite, en termes aussi bien philosophiques que pratiques (au-delà de toute question morale ou religieuse) est en effet une précaution indispensable et également souvent un instant de partage d’une qualité exceptionnelle et inoubliable.